Tiers-lieu virtuel

Bien que les choses aient beaucoup évolué depuis 1989 et l’écriture de The Great Good Place, l’évolution des technologies ne doit pas nous faire voir un lieu de réunion virtuel comme un tiers-lieu.

Le virtuel ne permet qu’une chose : à une communauté de communiquer plus facilement qu’à l’époque.

Ainsi, ce n’est pas car une communauté de personnes, par exemple, les membres d’un Repair Café ou d’un Disco Soup sont réunis sur Facebook que ce groupe Facebook sera un tiers-lieu virtuel. Par contre, cette communauté organisée en initiative citoyenne se réunira dans une configuration tiers-lieu lors de l’organisation d’événements.

De la même manière, car cet exemple est souvent repris, ce n’est pas l’auberge que l’on retrouve dans tous un tas de MMORPG et dans laquelle des joueurs vont parfois parler de choses profondes que ce bar virtuel sera un tiers-lieu. Par contre, s’ils décident de se rencontrer lors d’une IRL, le lieu de la rencontre pourrait devenir un tiers-lieu.

Enfin, de la même manière, Wikipédia n’est pas un tiers-lieu. Mais il arrive aux contributeurs de se réunir pour effectuer des recherches en communs, travailler en commun à une seule et même définition, se partager les recherches sur un thème, etc… et la récurrence amènera peut-être à ce que ces rencontres se fassent dans une configuration tiers-lieu.